Le CoursivesBlog

Alors que les Français sont appelés à limiter leurs déplacements et respecter le confinement, l’information face à l’épidémie de Covid-19 est plus que jamais nécessaire notamment dans un quartier populaire comme Empalot. Mais la question cruciale est aussi de savoir comment les journalistes peuvent continuer à travailler, et informer, dans cette situation inédite. Que ce soit dans la presse papier, la radio ou la télévision, la décision a rapidement été prise de développer voire généraliser au maximum le télétravail. Et les "Coursives d'Empalot" font de même... pour vous et avec ses lecteurs... premiers au contact..

Projet Observation Empalot

Publié le 28/09/2020

Voyage dans le quartier d'Empalot, poésie ou narration, comment écrire ce qui nous entoure, quel regard porter sur le quotidien, sur ce que l'on ne voit plus à force de trop le voir ? Comment s'inspirer du réel pour ébaucher un journal du quotidien qui mêlera écriture, récit oral et photographie ? Questions auxquelles l’association « Yaksa » a posé cet été, en collaboration avec la Brique Rouge, à des habitant-e-s au travers d’un stage d’écriture. Et c’est au travers d’ateliers « Fragments de réel » ont pris leur plume, leur appareil photo, leur être, pour transmettre par l’écrit, l’oralité ou la photographie leurs ressentis du moment. C’est sous la direction de Marie Carré que les stagiaires ont pu donc retranscrire et dévoiler un peu d’eux-mêmes dans cette période un peu particulière. 

Pour Marie, tout le monde sait écrire, lors d’atelier elle propose des directions, un cadre qui permet de s’amuser et de découvrir des chemins d’écriture. L’atelier n’est pas un cours de français, il s’agit d’aborder la langue sous toutes ses formes et surtout de s’amuser, de découvrir des textes et des auteurs, d’épuiser les clichés, d’inventer et d’imaginer que tout est possible.

L’association
Dans la littérature Bouddhiste et Indouiste, les Yakshas (du sanskrit « Yaksa ») , sont des esprits de la nature, bienveillants, qui protègent les trésors cachés dans la terre et dans les racines des arbres. C’est en 2002 que Marie anime, par hasard des ateliers d’écriture. L’aventure a commencé à 4 puis fil du temps d’autres participants sont venus les rejoindre. Aujourd’hui il y a 5 ateliers réguliers et d’autres animations ponctuelles. Marie voit l’atelier comme un laboratoire d’expérimentation autour des mots, c’est pour cela que Marie essaye de multiplier les collaborations, tout en travaillant dans des lieux inspirants. L’association « Yaksa Productions » propose donc des ateliers d'écritures et de créations pour tous et des accompagnements spécifique en « Art-thérapie ».

www.yaksa.fr

 

 


Quelques textes réalisés par les habitants du quartier d'Empalot Août 2020.


Machajol - Empalot

Les gens à l'arrêt de bus, un attroupement, des valises. Ils sont masqués, pourquoi ? 

Des jeunes, des moins jeunes, , où vont-ils, d'où viennent-ils ?

Ils ont chaud , ils ont soif ? 

Pas de bus, pas de métro. 

Qu'y a t il dans leurs valises ?

La place est déserte, chauffée par le soleil

 

 

Aujourd'hui, plus de bruit que hier, 

Les ouvriers travaillent au marteau-piqueur

C'est bruyant, 

Le bruit diminue

Le tempo a changé 

Autre rythme, mais le bruit est toujours là

 

Heureusement, le vent bénéfique :

dans les arbres verts clairs, verts foncés, 

Dans le cou 

 

Le quartier est en construction 

La grue tourne

Les toits blancs des immeubles neufs

L'ombre sur les immeubles 

 

Le facteur

Un homme "noir" habillé en jaune 

Un citron jaune  sur le panneau publicitaire  (Pulco) 

Envie de fraîcheur 

 

Le pigeon curieux dissimulé dans les graviers, tacheté, 

moucheté, de la même couleur que les graviers

 

Une moto passe

Un jeune adolescent obèse sur sa trottinette 

poche blanche en plastique à la main gonflée par le vent 

Va t il faire ses courses ? Ou rejoindre des amis ? 

 

Le moto repasse

 

Le monsieur assis , hier, à nos cotés n'est plus là 

Venait il chaque jour ? à la même heure

Qu'attendait il ? Son bus peut être

 

Les ouvriers arrosent à grands jets d'eau, la surface du sol

Ils ont un casque, un gilet jaune 

Ils doivent avoir chaud

 

Une fourmi vient me titiller le bras!

Une dame africaine passe avec son bébé 

Le voile de sa robe vole au vent

A quoi pense t elle ? Cachée derrière son masque, 

à son pays, là-bas si loin ? ...

 

Une dame parle fort

l'ombre qui bouge

les mouches

La fourmi est revenue 

 

Toujours le vent bénéfique.

 

 

 

Marie - Vendredi à Empalot- 7 août 2020

11H, Empalot, devant la maison Jean Moulin.


Un véhicule de police passe, fenêtres ouvertes, ils n’ont pas de masques. Ils sont trois.
Un engin de chantier rouge LOXAM.
L9 grande halle de l’union.
L5 Portet gare SNCF, je monte je valide, ne pas valider c’est frauder.
Rénovaction 31 du sérieux dans l’action.
Castres Mazamet, le défi.


Empalot, Tisséo, sens interdit sauf bus.
Maison de quartier Jean Moulin, Mairie de Toulouse, cet été je sais où je vais.


Où regarder ? Comment écrire le réel au présent puisqu’au moment où je l’écris il est déjà passé ?
Décrire, écrire les gens qui passent, un homme, une femme, peu d’enfants ce matin.


Un homme barbu, chapeau de paille, téléphone et masque à la main.
Un homme crâne rasé, chemise bleue, lunettes, masque sur le visage, il parle au téléphone.
Un homme casquette blanche, masque sur le visage, polo rayé bleu et blanc.
Une femme voilée et masquée, rapide à décrire.
Deux jeunes femmes passent de droite à gauche et de gauche à droite.


Plus d’hommes que de femmes ce matin, personne à l’arrêt de bus.


Comment décrire quelqu’un qui passe ? Préciser son physique, grand, gros, mince, petit, sa couleur de peau, ses vêtements, son attitude, son allure…


Une toile d’araignée dans les branches de l’arbre, des capsules et des mégots sur le trottoir, des déjections sur le banc en béton, réduire son champs de vision, observer que l’ombre se trouve derrière l’abri bus. Personne n’attend.


Revenir chaque jour pour dessiner le quartier, voir que l’homme qui fait la manche est toujours assis au même endroit, à l’ombre, et que celui qui est venu s’assoir à coté de lui hier est revenu aujourd’hui.


Un homme passe avec deux chaises pliantes à rayures vertes et blanches et un parasol orange.
Où va-t-il ? D’où vient-il ?
Un homme prend un vélib, plus tard un autre homme ramène un autre vélo.
Sur 17 emplacements il y a toujours 5 vélib.


11h quatre personnes sont sortis du L9
11h30 dix neuf personnes sortent du L9


Un livreur passe à vélo
un facteur passe à vélo
l’un est masqué l’autre pas.


Observer les masques, la couleur, la manière dont ils sont portés, observer les chaussures, le bruit des pas sur l’asphalte. Trop de bruit aujourd’hui, engin de chantier, travaux, le béton ça résonne, impossible d’entendre quoi que se soit…

 

 



Atelier Écriture Empalot- Août 2020 

Longue rue, esplanade, et chantier le site parait vaste.

Les travaux et le Terminus donnent l’impression d’un espace restreint

Des ouvriers travaillent, derrière les broussailles le bruit du compresseur est omniprésent.

A la station vélouse un homme vêtu de noir accroche son vélo.

Une dame âgée, masquée, le pas pressé, essaie de ne pas manquer son bus.

Elle y arrive.

Le L9, métro Empalot, arrive presque vide.

Le 54 passe, vide.

Casquette à l’envers, glacière à la main, un homme traverse en diagonale.

Le L9 stationné se remplit.

Un ouvrier porte un chapeau, une chasuble jaune « SDP », il récupère une brouette.

Au passage piéton, une mère de famille traverse avec sa poussette.

Le plus jeune de ses trois enfants court, prend les devants en éclaireur pour monter dans le L9.

Un Transporter Volkswagen, usé par le temps, le capot rouillé, passe de droite à gauche.

Le L9 part direction L’Union.

L’arrêt de bus est vide.

Deux jeunes femmes arrivent sur ma gauche. La première a une coupe afro blonde.

Elle porte un pantalon léopard orné de fleurs vertes.

Elle avance, le menton haut, la démarche décidée, je suis à la fashion week.

Son amie coiffée de tresses, porte un jeans bleu ciel et un chemisier blanc.

Une 207 noire passe de droite à gauche, son chauffeur, bras tendu vers l’extérieur, fend l’air.

Une dame, menue, en débardeur vert et bermuda beige enlève son masque.

Le 54 arrive, s’arrête, cinq personnes descendent.

L’une d’entre-elle retire son masque, soulagée de respirer à plein poumon.

La 207 noire repasse, le chauffeur n’a que le coude à l’extérieur cette fois-ci.

Une dame, que je suppose originaire du Sahel, ajuste son voile couleur ocre.

Un employé de mairie nettoie la rue. Parle-t-il tout seul ? Non, il a son kit main-libre.

Un petit air se fait sentir. Il agite les branches et les feuilles des six arbres de l’autre côté du Terminus.

Le 54 passe direction Portet sur Garonne.

Une twingo verte passe avec à travers la vitre arrière un chien dont je ne connais pas la marque.

Une mouche se pose à côté de moi.

Un jeune homme sélectionne son vélouse smartphone à la main.

La mouche s’envole suite à mon mouvement du bras droit.

Le jeune homme choisit le dernier des quatre vélos de la rangée.

Le compresseur est toujours aussi oppressant.

Un monsieur fait la manche, il regarde les gens passer.

Il tourne la tête à gauche.

Il tourne la tête à droite.

J’ai l’impression d’être sur le Central de Rolland Garros.

Et je souris en me disant que je fais de même.

 

 

 

 

 

 


 

Envoyer à un ami

* champs obligatoires

* champs obligatoires

« Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné au traitement de votre demande. Le destinataire des données est Karavan. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à Karavan, 34 bd des Récollets - 31 400 Toulouse. Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant. »