Université du Temps Libre - Lille
Saison 2018 2019


Séances spéciales

C'est pratique : vous pouvez aussi consulter notre site internet sur votre smartphone ou votre iPhone !


LILLE MESHS jeudi 11 octobre 2018
10h00

Le nouveau cinéma polonais :

Louisette FARENIAUX

Maître de conférence honoraire en étude cinématographique

Le dégel du cinéma polonais commence au milieu des années cinquante, avec les films de Andrzej MUNK et Andrzej WAJDA mais aussi le travail de Wojciech HAS et de Jerzy KAWALEROWICZ Il aborde des sujets restés tabous (l'insurrection de Varsovie de 1944 avec Kanal). Il revisite l'héritage romantique et les grands moments de l'histoire du pays (Cendres et la Passagère). Les jeunes cinéastes, à peine sortis de l'Ecole de Lotz, mettent en scène le malaise d'une génération (Roman POLANSKI, Jerzy SKOLIMOWSKI, Andrzej ZULAWSKI...). La production est riche en documentaires et en films d'animation. En 1967, walerian BOROWCZYK réalise le théâtre de Monsieur et Madame Kabal, en France.


LILLE MESHS lundi 5 novembre 2018
14h30

De la Francophonie aux francophonies

Alain VAN DER MALIERE

Président du festival des francophonies (Limoges) - ancien conseiller spécial de la ministre de la culture

Entre l'invention du mot par le géographe Onésime Reclus en 1886, au cœur de l'expansion coloniale et la mise en lumière récente par le Président de la République, la Francophonie a connu un chemin chaotique, tantôt exaltée, tantôt condamnée ou pire (le plus souvent) ignorée. "Francophonie, mot didactique et notion ambigüe" telle est la définition du dictionnaire Le Robert. C'est ce que, modestement, cette intervention va tenter d'éclairer, à la fois en revenant sur l'inscription dans l'histoire de cette notion complexe et en tâchant de comprendre le sens du débat qui la traverse et qui s'est ranimé de façon passionnante dans cette dernière période.


LILLE MESHS lundi 3 décembre 2018
14h30

Achitecture et philosophie.

Jean ATTALI

Professeur émérite des ENSA

Pourquoi l'architecture ? Changement de cap en philosophie. Wittgenstein : "Le travail en philosophie - comme, à beaucoup d'égards, le travail en architecture-est avant tout un travail sur soi-même. C'est travailler à une conception propre. A la façon dont on voit les choses. (Et à ce que l'on attend d'elles.)"


LILLE MESHS jeudi 20 décembre 2018
10h00

Le nouveau cinéma Tchèque

Louisette FARENIAUX

Maître de conférence honoraire en étude cinématographique

A la fin des années cinquante, après la disparition de Staline et le rapport KROUTCHEV, un dégel s'amorce dans le cinéma tchèque. Les films abordent peu à peu des sujets tabous. De jeunes cinéastes se forment à la FAMU. En 1965, ils réalisent une œuvre collective : les petites perles au fond de l'eau. De nombreux genres sont abordés et renouvelés. Les films se frottent aussi à la littérature et au burlesque. A la fin de la décennie, des films plus ouvertement critiques apparaissent qui se briseront sur l'intervention des troupes soviétiques le 20 Août. Les parcours de Milos FORMAN, Ivan PASSER et Jiri MENZEL sont particulièrement révélateurs de cette évolution. Ce cinéma entretiendra des rapports privilégiés avec la critique française.


LILLE MESHS lundi 7 janvier 2019
14h30

Les vestiges de guerre dans l'Europe du XXe siècle : réflexion à partir du cas de Belchite (Espagne)

Stéphane MICHONNEAU

Professeur d'histoire contemporaine - Université de Lille

Entre les nombreux débats qui marquèrent l'après-Première Guerre mondiale sur la conservation des ruines du conflit (Reims, Ypres) et les nombreuses réalisations d'après-Seconde Guerre mondiale (Oradour, Coventry, Berlin, Hiroshima, etc.), il existe un chaînon manquant : le village de Belchite, en Aragon, bombardé et entièrement détruit en 1937, fut conservé en ruines par le régime franquiste désireux de montrer les effets de la "barbarie rouge séparatiste". premier village-martyr demeuré en l'état, un nouveau village fut également reconstruit. A partir de ce cas, nous analyserons les politiques de conservation des vestiges de ruines qui disent le rapport des Européens à leur passé traumatique.


LILLE MESHS lundi 21 janvier 2019
14h30

PROSCITEC, une association pour la sauvegarde du patrimoine industriel Une action spécifique nouvelle : l’inventaire des collections des structures

Martine AUBRY

Retraitée, Ingénieur de Recherche Laboratoire IRHiS - UMR CNRS - UdL

Au cours de cette intervention, Michel Taeckens parlera du rôle de Proscitec pour la sauvegarde du patrimoine industriel (Opérations annuelles, liens avec les structures éducatives, aides spécifiques aux structures adhérentes…). Une démonstration en ligne du nouvel outil INVENTAIRE DES COLLECTIONS, mis en place fin décembre 2017, sera faite.


LILLE MESHS jeudi 24 janvier 2019
10h00

Le cinéma Tchèque et l'imaginaire : TRNKA, JASNY, CHYTILOVA.

Louisette FARENIAUX

Maître de conférence honoraire en étude cinématographique

Mais le cinéma tchèque laisse aussi une large place à l'imaginaire et l'expérimentation. La nouvelle vague regroupe plusieurs générations. L'une d'elles s'est réfugiée dans l'animation : tel Jiri TRNKA, son théâtre de bois et ses marionnettes, ou SVANKMAYER., membre du groupe surréaliste de Prague. JASNY ouvre la voie de l'expérimentation dès 1957 mais s'exile après Un jour, un chat. Véra CHYTILOVA pose un regard critique et iconoclaste sur la société. Après l'intervention des troupes soviétiques, elle refuse de partir. Elle ne pourra pas tourner pendant huit ans. Jacques RIVETTE donnera à Marie 1 et Marie 2, Petites marguerites en cavale, deux sœurs en cinéma : Céline et Julie venues d'une autre nouvelle vague.


LILLE MESHS lundi 11 mars 2019
14h30

Quand Frederico Garcia Lorca donne la parole aux femmes dans son théâtre

Jocelyne AUBÉ-BOURLIGUEUX

Professeure émérite en littérature espagnole moderne et contemporaine à l'Université de Nantes

Il est frappant, pour un auditeur, lecteur, ou chercheur travaillant sur le théâtre de Federico García Lorca, que les femmes y occupent une place centrale et y jouent un rôle essentiel, qu'il s'agisse de drames dits "poétiques", ou de tragédies qualifiées de "réalistes", voire "surréalistes". Mais comment et pourquoi le créateur leur confère-t-il, à une époque où la société ne leur octroie qu'une fonction secondaire, de mères et d'épouses, si ce n'est méprisée, de domestiques, une présence constante, pour ne pas dire une omniprésence sur la scène théâtrale? C'est pour tenter de répondre à ces interrogations que sera proposée l'intervention destinée à montrer la signification et la portée de l'action menée par les silhouettes féminines


LILLE MESHS jeudi 14 mars 2019
10h00

Le nouveau cinéma hongrois, l'affaire de trois générations :

Louisette FARENIAUX

Maître de conférence honoraire en étude cinématographique

En Hongrie, l'après 1953 constitue, comme dans les autres pays de l'Est, une première étape dans l'ouverture du cinéma, jusqu'à la révolte de 56. Entre 1963 et 67, une nouvelle génération sort du studio Bela BALAZS (Cantate et les sans espoirs de JANCSO, KOVACS...). cette dernière sera rejointe par de jeunes réalisateurs (Istvan GAAL, Istvan SZABO...) qui abordent des thématiques différentes (l'opposition ville/campagne, les conflits de générations,...). L'éclosion du nouveau cinéma hongrois est donc plus tardive. Il a assimilé une partie des méthodes de travail du cinéma polonais et du cinéma tchèque mais aussi de la nouvelle vague française.


LILLE MESHS lundi 1er avril 2019
14h30

Carlos Sorín : les jeux transgressifs d’un cinéma à la marge

Françoise HEITZ

Professeur des Universités

Carlos Sorín est un cinéaste argentin reconnu, dont l’œuvre atypique fut rendue célèbre par Historias mínimas (2002) et Bombón el perro (2004). Sa filmographie s’inscrit dans la société de son pays, qu’il dépeint avec un lyrisme discret, et selon des modalités particulières : équipe technique réduite, tournage avec un mixte d’acteurs et de non-professionnels… La solidarité avec les oubliés du continent va de pair avec la profondeur de la réflexion sur la condition humaine, mais aussi avec un humour léger et poétique : un art qui fuit les étiquettes, cultive les paradoxes, et s’interroge sur l’essence du cinéma.


LILLE MESHS jeudi 25 avril 2019
10h00

Mai 68 à l'Est, à l'Ouest, au Nord, au Sud : Le fonds de l'Air est rouge

Louisette FARENIAUX

Maître de conférence honoraire en étude cinématographique

"Qu'Est-ce qu'elles ont en commun, ces images qui traînent au fond de nos boites après chaque film terminé, ces séquences montées qui, à un certain moment disparaissent du montage, ces "chutes", ces "non utilisées" (NU dans le code des monteurs) ? C'était le premier projet de ce film : interroger en quelque sorte, autour d'un thème précis (l'évolution de la problématique politique autour des années 1967/70), notre refoulé en images. Depuis, une autre forme de refoulé l'a été proposée par le hasard d'une coproduction télévisée. des images utilisées, montées et émises - mais télévisuelles, c'est à dire immédiatement absorbées par les sables mouvants par lesquels s'édifient ces empires"


LILLE MESHS lundi 29 avril 2019
14h30

Chansons populaires de Lille au XIXe siècle - Conférence chantée

Sophie-Anne LETERRIER

Professeur d'Histoire Moderne, (Université Artois, CREHS)

La chanson au XIXe siècle vit dans la rue. Ecrite par des pauvres, des illettrés, souvent anonymes, sur des airs connus, elle appartient à tous.Dans la métropole lilloise, les chansons naissent dans les sociétés, dont le siège est un cabaret. Elles circulent surtout oralement, mais sont éditées à l'occasion du carnaval, qui consiste en une sortie générale des sociétés.Ces chansons parlent de tout ce qui fait le quotidien de leurs auteurs, évoquent les événements du jour, les fêtes, dessinent des types populaires.