231 rue Saint Honoré 75001 Paris. -   www.kunicki.eu

Expertises     Ventes Publiques                              Grèce   -   Rome  -   Égypte  -   Orient

Égypte, Fayoum, époque romaine, IIe siècle apr. J.-C.


Rare panneau peint à droite du dieu Hièrôn debout, de face, vêtu d’une tunique beige ceinturée sous la poitrine, les épaules couvertes d’une cape lilas attachée par une fibule jaune. Les jambes sont nues et les pieds sont chaussés de bottines lacées de part et d’autre des chevilles. La tête, légèrement disproportionnée et entourée d’un nimbe rose clair, présente une courte barbe et une coiffure noires. Il tient de la main droite une patère dont le contenu coule sur un petit autel ; dans la main gauche, un volumen. Entre le cou du dieu et la bordure droite, une inscription grecque de trois lignes : “Pathèbis, fils d’Hérieus, pour le bien” (nom du dédicant). À gauche de Hièrôn, se tient un “serviteur noir” portant une tunique courte.

Le dieu de gauche, Lycurgue, moins bien conservé, est représenté debout, de face, vêtu d’une lourde tunique couvert d’une cape. La tête de face, également entourée d’un nimbe rose clair, présente une barbe et une coiffure noires. Il tient de la main gauche une lance autour de laquelle s’enroule un serpent. À l’extrémité gauche, est peint une femme habillée d’un chiton bleu clair couvert d’un himation jaune.


Bois stuqué polychrome.

Cassure, fentes, lacunes et usure de la polychromie.

Transposition sur toile.


Hauteur : 38 cm

Longueur : 31,5 cm

Provenance :

Ancienne collection Maurice Nahman (1868-1948).

Hôtel Drouot, Paris, succession M. Nahman, 4-5 juin 1953.

Galerie Lecorneur-Roudillon, Paris.

Collection Th., Étampes, acquis le 18 mai 1953, resté dans la descendance familiale.


Ce rare panneau de bois peint fait partie d’un corpus d’une cinquantaine de tableaux complets ou fragmentaires, contemporains des “portraits du Fayoum”, premiers exemples conservés de peintures de chevalet. Caractéristiques de la région du Fayoum, ils étaient déposés dans les temples par les dévots (ici un certain Pathèbis, fils d’Hérieus).

Les divinités représentées sur notre monuments sont les dieux militaires Hièrôn, d’origine thrace, et Lycurgue de Syrie, dont les cultes sont attestés en Égypte, respectivement à la fin du IIe siècle av. J.-C. et au Ier siècle de notre ère. Leur association se retrouve sur un autre panneau à la composition similaire, conservé au Musée du Cinquantenaire de Bruxelles (Inv. E 7409), provenant également de la collection Nahman.


Publications et mentions du monument :

- Ch. Ratton, Antiquités égyptiennes, grecques et romaines. Succession de Mr Maurice Nahman du Caire, Égypte, 2e vente, Hôtel Drouot, Paris, 4-5 juin 1953, n° 283.

- M. Rassart-Debergh, “De l’icône païenne à l’icône chrétienne” in Le Monde Copte 18, 1990, p. 39, fig. 1.

- M. Rassart-Debergh, “Plaquettes peintes d’époque romaine” in BSAC 30, 1991, pp. 43-47.

- M. Rassart-Debergh, “Trois icônes romaines du Fayoum” in  Chronique d’Égypte LXVI, 1991, pp. 353-355, fig. 3-5.

- M. Rassart-Debergh, “Quelques saints militaires dans la période copte et leurs antécédents” in L’armée romaine et les barbares, 1993, p. 392 et pp. 384-385, pl. 4 et 5/1.

- J. Bingen, “Le dieu Hèrôn et les Hèrôn du Fayoum” in Hommages à Jean Leclant, vol. III, IFAO, 1994, p. 41, n° 3.

- Z. Kiss, “Harpokrate-Héron sur une figurine en terre cuite du Musée de Varsovie” in Archaeological Research in Roman Egypt, 1996, p. 219.

- G. Nachtergael, “Trois dédicaces au dieu Hèrôn” in Chronique d’Égypte LXXI, 1996, p. 141, fig. 3 et p. 310.

- Th. F. Mathews, The Clash of Gods, Princeton, 1993, p. 215, n° n.

- Th. F. Mathews, “The Emperor and the Icon” in AcArch NS I, 2001, p. 175, n° 19.

- V. Rondot, “Le dieu à la bipenne, c’est Lycurgue” in Revue d’Égyptologie 52, 2001, p. 220, doc. 2.

- Kl. Parlasca, “Kaiserzeitliche Votivgemälde aus Ägypten” in Chronique d”Égypte LXXXIX, 2004, p. 331, n° 21.

- L. Török, Transfigurations of Hellenism, 2005, p. 295, n° 117.

- Z. Kiss, “Deux peintures murales de Marina el-Alamein” in BIFAO 106, 2006, p. 168 et n° 33.

- V. Rondot, “Les deux gardiens et le crépuscule des temples” in Hommages à Jean-Claude Goyon, 2008, p. 346, n° 8 et p. 352, n° 41.

- V. Rondot, Derniers visages des dieux d’Égypte, Paris, 2013, pp. 152-156, ill.


30 000 / 50 000 €