Dans notre formation, vous découvrirez un outil extraordinaire grâce au travail de Pierre Conté sur l'analyse du mouvement.

Une toute petite partie de sa méthode va nous permettre d'écrire facilement nos figures comme s'il s'agissait d'écrire une composition musicale.

De ce fait, cette chorégraphie devient lisible, et peut être interprétée par une autre personne qui connait aussi ce "langage". Voir exemple en plus bas.

Présentation par Michelle Nadal

MUSIQUE ET DANSE

C'est en jouant de l'orgue que Pierre Conté réalisa, vers 1926, que l'écriture musicale déclenchait d'abord les gestes du musicien, les sons n'étant que la résultante d'actions musculaires. Il constata en outre que la lecture de la partition obligeait l'organiste à mouvoir ses bras, son buste et ses jambes avec la même précision dans l'espace que dans le temps, et avec de subtiles variations de nuance et d'énergie. Cette observation l'amena à supposer que, si un lien aussi tangible existait entre la production du geste et celle du son, l'écriture du mouvement devait pouvoir utiliser ce que la musique avait déjà découvert et expérimenté.

Le système d'écriture de Pierre Conté repose sur une conception unitaire, à la fois mécaniste et musicale.

La structure en est simple:

 

après avoir déterminé quatre facteurs pour la musique :

le son

le temps

la nuance

l'accentuation

 

il détermina les facteurs de l'action physique :

l'espace

le temps

la nuance

l'accentuation

 

Les trois facteurs communs reçurent une même écriture :

celle déjà adoptée par la musique.

Les buts d'une écriture du mouvement :

Les buts d'une écriture du mouvement et de la danse sont multiples dans des domaines aussi divers que :

- Communication,
- Conservation,
- Enseignement,
- Réalisation,
- Chorégraphie.

La notation Conté repose sur les sciences biomécaniques d'une part et l'acquis de l'écriture musicale d'autre part. En concrétisant, par signes, des concepts universels, elle apporte l'unité de vues et le lien qui manquaient aux arts dynamiques et définit un véritable Tronc Commun concernant :

- les coordinations, en général,
- les coordinations musicales en particulier.

Elle apporte : précision dans l'analyse diversité dans les applications expressives et culturelles et tend à former :

- des utilisateurs "à l'aise" dans toutes les formes de mouvement :
- des danseurs musiciens,
- des chorégraphes qui écrivent,
- des danseurs qui lisent,
- des maîtres de ballet dont la fonction de liaison entre les uns et les autres est comparable à celle du chef d'orchestre.

C'est un outil simple, logique, souple et précis, qui correspond aux besoins de création autant que de recherche et devrait libérer l'artiste, le créateur ou l'enseignant des contraintes apportés par le manque de références écrites.

 

Directions principales :

0 = pieds assemblés sous le corps

1 = vers l’avant du corps,

2 = vers le côté,

3 = vers l’arrière

 

en monitorat, nous n'utiliserons pratiquement toujours que les deux premières lignes des contacts au sol.

En professorat, nous allons plus loin. Exemple en Valse lente avec l'Open Telemark :

 

 

 

 

TÉLÉCHARGEZ LE PAPIER MUSIQUE ADAPTÉ A L'ÉCRITURE PIERRE CONTÉ

POUR VOIR LE TABLEAU SYNOPTIQUE EN PDF CLIQUEZ ICI.

Pierre Conté (1891 - 1971)

Chorégraphe, compositeur et théoricien français du mouvement

Né à Toulouse, formé très tôt à la musique et à la danse populaire, il suit, adolescent l'enseignement d'un disciple de Marius PETIPAS. Intéressé par la technique classique, il reste néanmoins assez indifférent aux œuvres de Ballet du répertoire.

Après la guerre de 1914-1918, qu'il fait en tant que lieutenant d'infanterie, il entre à l'école de Joinville, alors haut lieu du sport, où il découvre les travaux de MAREY, et les recherches biomécaniques de ses successeurs tout en continuant la composition musicale qu'il n'abandonnera jamais.

Vers 1928, il s'intéresse à toutes les recherches et tendances chorégraphiques de l'époque, prend connaissance des travaux de LABAN sur la notation mais, tout en reconnaissant les progrès considérables accomplis par ce système sur les précédentes notations, il ne l'adopte pas, tant pour des raisons biomécaniques que musicales et reprend ses propres travaux sur le mouvement(1), sur les relations Musiques-Danses(2) et sur l'écriture(3).

La vision synthétique qu'il a des deux arts dynamiques se traduit totalement dans son œuvre chorégraphique qui reste inédite à ce jour.

Seule Michelle NADAL, entre 1960 et 1980 réalise certaines de ses œuvres en festival et en maisons de la culture (Valses nobles et sentimentales, Pavane pour une infante défunte (Ravel), Jeux d'enfants (Bizet), Fantasmes (Conté) et de nombreuses œuvres théâtrales : La punaise, Le bourgeois gentilhomme, Le songe d'une nuit d'été, Calendal, L'assemblée des femmes, etc...

Pierre Conté compose également la musique de plusieurs films de Jean Painlevé (comment naissent les Méduses, danseuses de la mer, histoire de crevettes, etc...(4) ).

Mais son œuvre majeure, en particulier celle dont il compose la musique et la danse reste inconnue, car nécessitant des moyens scéniques et orchestraux importants (Messe Noire, Athéna et la Pastorale, Les 7 péchés capitaux etc...).

Il en est de même de ses principaux ballets: La valse (Ravel), Variations chromatiques (Bizet), Pastorale (Franck) etc... et de son œuvre musicale : Requiem, Rhapsodie pyrénéenne etc...(5).