[./poemes_de_bernard_2d_barm.html]
[./accueil_meacollection_f.html]
[./accueil_meacollection_f.html]
[./accueil_meacollection_gb.html]
[./accueil_meacollection_d.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
  
Le beffroi de Hesdin

graphic                   L’Ancien
Plusieurs actes montrent  qu’un beffroi a existé :                                  1179
Une révolte, incite le comte Philippe d’Alsace
A retirer  le  droit de cloches,  à la cité
Celles-ci  partent  à Aire où elles ont  nouvelle place .

Après de longues années de jours tranquilles.                   20 juin 1553
La guerre,  impitoyable, apporte l’effroi.
L’empereur Charles Quint détruit la ville
Et  ravage les jardins de Robert d’Artois.

Le joli parc, avec ses jeux d’eaux, ses statues
Ses  pavillons d’amusements, ce pur  joyau
D’influence arabe, en un instant disparut
Ce qui emplit de fureur les milieux royaux.                 Philippe le Bon en devint plus fol encore

Un an plus tard,  Charles Quint, le très puissant roi       1554
Relève la ville .  Neuf  ans après,  une charte   nouvelle     1563
Est suivie de la construction d’un  beffroi,
Avec Hôtel de Ville sur la place d’Armes actuelle.

L’Hôtel s’enrichit,  sur sa façade principale                          1629
De la plus jolie bretèche Renaissance qui soit
Contraste entre pierres blanches et briques rouges latérales
Pour  honorer  Isabelle de France et le roi.

Le balcon porte les armes d’Espagne,  royales
Flanquées des écus d’Hesdin et d’Artois
Des statues présentent les vertus théologales
Et  les vertus cardinales ,  qui entourent le roi.

Les canons  français attaquent Hesdin  désoeuvrée           1639
La Meilleraye  inaugure l’usage de l’obus
Le beffroi touché s’effondre.  Mais est  relevée
Une tour de bois qui va être à nouveau abattue.                   1774  

               Le nouveau




Des fonds privés sont légués par le fils du maire                     1875 
Cette donation  allouée  pour la reconstruction
A cependant  besoin d’une aide supplémentaire
C’est le père qui  donne une nouvelle contribution.

La famille Lereuil continue d’embellir                                          1879                                     
Le jeune beffroi,  qu’un infatigable bâtisseur
A voulu pour sa ville,  construire
Dans le style néogothique ayant sa faveur.

Les premiers niveaux  sont d’une grande simplicité
Le quatrième,  aux tourelles d’angles octogonales
A,  fenêtres à meneaux et horloges ajoutées
Pour  ponctuer  l’organisation municipale.

Le  beffroi de pierre  blanche, est une tour carrée
Avec  un campanile qui a,  sa  terrasse haute,
Son petit édicule au dôme d’ardoise coiffé.
De bien jolis éléments pour une œuvre  sans faute.

Ces tours géantes * pour la gloire du passé
 Au pays flamand et dans  la  région du Nord
Comme  gardiens emblématiques sont classés
Au patrimoine mondial qui les honore.

                       

                          Poème et photos  de Bernard Arnold  Michel  Geisen
                                                                            Le 13 Mars 2009
                                Miniatures de Alain Viseur.  Tous droits reservés      119 et 120