[./poemes_de_bernard_2d_barm.html]
[./accueil_meacollection_f.html]
[./accueil_meacollection_f.html]
[./accueil_meacollection_gb.html]
[./accueil_meacollection_d.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
  
Le beffroi de Gravelines

graphicAttribut des précieuses libertés acquises
Troisième tour du paysage urbain
Après le donjon et le clocher de l’église
Il représentait le pouvoir des échevins

Plus de deux siècles, résista cette première tour
Elle fut bâtie à l’arrivée des Clarisses anglaises
En 1608, sous le règne de Philippe IV,  vit donc le jour
Mais seulement en 1659 elle devint française

Cruellement lézardé de part en part
En 1821 l’édifice est détruit
Mais la commune un an plus tard
Fière de son beffroi, le reconstruit

Très tôt il a eu ses cloches
Sonnant l’ouverture des portes de la ville
Et en 1901 une girouette au sommet s’accroche
Symboles de prospérité et de vie tranquille.

Les communes ont cherché l’émancipation
Du contraignant pouvoir féodal
Cette volonté apparaît dans l’édification
Altière du bel édifice vertical.

Dans Gravelines aux belles fortifications
Le beffroi veille sur la cité maritime
Tout illuminé la nuit le haut bastion
Rappelle le désir  de  liberté qu’il ranime.



                         

                          Poème et photos  de Bernard Arnold  Michel  Geisen
                                                                   du  22 janvier  2009
                                Miniatures de Alain Viseur.  Tous droits reservés                       104