[./poemes_de_bernard_2d_barm.html]
[./accueil_meacollection_f.html]
[./accueil_meacollection_f.html]
[./accueil_meacollection_gb.html]
[./accueil_meacollection_d.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
  
Le beffroi de Comines

graphic
Les beffrois,  marquent un droit, de manière bien tangible
Tours de guet, construites en bois, sont  les tout premiers.
La guerre et le feu en font une vulnérable cible
Mais la cité, les relève,  toujours  plus altiers.

Bauduin de Comines,  donne un fiscal privilège
En 1276, aux drapiers,  qui financent un beffroi
De bois et de chaume.  Il succombe au feu sacrilège.
Refait en brique et grès, il brûle une nouvelle fois.

Il fut relevé mais les violentes guerres stériles
De Religion, le dévasteront à nouveau
On doit attendre 1623, pour qu’un joli campanile
Redevienne pour la cité, son fier porte-drapeau.

Cette nouvelle tour était comme le beffroi actuel
Avec cet incroyable bulbe,  à huit pans,  tout rond
Coiffés de deux pavillons pour l’effet visuel
Et d’une girouette à tête de monstre,  sur le fronton.

La Grande Guerre détruit le symbole pacifique.
Grâce à Louis-Marie  Cordonnier, le puriste
L’harmonieux beffroi , renaît à l’identique
Avec  la fière élégance créée par l’artiste.

Ces tours géantes * pour la gloire du passé
 Au pays flamand et dans  la  région du Nord
Comme  gardiens emblématiques sont classés
Au patrimoine mondial qui les honore.

                         

                          Poème et photos  de Bernard Arnold  Michel  Geisen
                                                                    Le 28 Février 2009
                                Miniatures de Alain Viseur.  Tous droits reservés                   117