[./poemes_de_bernard_2d_barm.html]
[./accueil_meacollection_f.html]
[./accueil_meacollection_f.html]
[./accueil_meacollection_f.html]
[./accueil_meacollection_gb.html]
[./accueil_meacollection_d.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
  
Le Beffroi de Boulogne sur Mer

graphicVers 1230 le comte change de château
Il cède à la commune le donjon seigneurial
Qui devient le beffroi, ce symbole nouveau
D’accès aux libertés et au progrès social.

Ce n’était d’abord qu’une tour de plan carré
Joliment   cantonnée de petites tourelles
Et coiffée d’une flèche en chaume bien serré
C’était aussi une véritable sentinelle.

Pour refus de payer  l’impôt au roi Saint Louis
Sont supprimés, charte, sceau et second étage
Un an plus tard les précieux droits sont rétablis.
La cité peut rebâtir à son avantage.

Par deux fois la grande flèche sera détruite
Elle aura porté le télégraphe novateur
S’appuyant sur une tour octogonale réduite
Qui subsiste encore pour la joie du visiteur.

Le Beffroi échappa à la Révolution
Il permettait de voir les bateaux redoutés
C’était un superbe  lieu d’observation
Jusqu’en 1922 un guetteur y  fut posté.

Ces tours géantes * pour la gloire du passé
 Au pays flamand et dans  la  région du Nord
Comme  gardiens emblématiques sont classés
Au patrimoine mondial qui les honore.

                   Poème de Bernard Arnold Michel Geisen
                                             le   5 février 2009
                                                                                                                                                           
             Miniatures de Alain Viseur.  Tous droits reservés                           111