[./poemes_de_bernard_2d_barm.html]
[./accueil_meacollection_f.html]
[./accueil_meacollection_f.html]
[./accueil_meacollection_gb.html]
[./accueil_meacollection_d.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
  
Le  Beffroi d’Abbeville

graphic

Déjà en mille cent trente la cité d’Abbeville
Obtenait le droit de se constituer en commune
Revendiqué par les bourgeois de la ville
Recherchant plus de  liberté en leur infortune

 Guillaume Talvas,  Comte de  Ponthieu
Dit Longue Epée, accorda cette faveur
Grâce nécessaire du seigneur du lieu
Que rappelle la girouette, au promeneur 

Symbole des libertés communales, le beffroi,
Attendra 1209 pour voir sa naissance
Quand Philippe Auguste est roi
Ainsi c’est  l’un des plus vieux de France

S’élevant tout proche des fortifications
Jusqu’au quinzième siècle Il a l’usage
 De robuste et sûre tour de guet, en position
Pour surveiller activement le voisinage

En 1940 la ville s’effondre sous le bombardement
Grâce aux murs épais de sa base, lui, en partie résiste
Et la Trésorerie attenante,tient bon  également
 Restauré en 1986, de nouveau à l’identique,  il existe

Un haut clocher coiffe la tour solitaire
Et abrite deux cloches  en balade.
Point d’horloge mais un cadran solaire
Est gravé à l’ouest sur une façade

En ses murs est un beau musée communal
Il est toujours fier de servir la ville
Avec en haut le comte à cheval
Aux quatre vents d’Abbeville.


                         

                          Poème et photos  de Bernard Arnold  Michel  Geisen
                                Miniatures de Alain Viseur.  Tous droits reservés