Le projet social

Un peu d'histoire

Les crèches parentales sont nées à la fin des années 70 dans

la lignée des expériences alternatives lancées par les

courants autogestionnaires et libertaires issus de mai 68.

 

A la fin des années 80, les associations de parents "Collectifs

Enfants Parents" s'organisent pour mettre en place une instance

chargée de défendre leurs intérêts et leur survie. En août 81,

la ministre de la Solidarité signe une circulaire reconnaissant

l'existence des crèches parentales.

 

 

Aux origines du projet

Le 20ème arrondissement de Paris fait partie des plus peuplés

et des plus jeunes de la capitale (23% de la population a entre 0

et 19 ans). Avec une démographie en hausse constante (+ 0,7%

entre 1999 et 2007) l’arrondissement compte 30% de familles

sur la totalité des habitants dont 21,7% sont monoparentales.

 

Malgré l'existence de 42 structures d'accueil (18 haltes-

garderies, 6 crèches familiales, 1 jardin d’enfant, 12 crèches

collectives et 5 crèches parentales) 3.800 familles environ sont

inscrites sur liste d'attente.

 

En 2001, sous l'impulsion de la mairie du 20ème arrondissement,

un collectif de parents se constitue et dépose les statuts de

l'association de ce qui deviendra la crèche parentale

Métramômes. Située au cœur du 20ème arrondissement de

Paris, dans le quartier du Télégraphe, la crèche Métramômes a

pour objectif de répondre à la fois à une diversification des

modes de garde existant et à un besoin quantitatif insatisfait

en termes de places en structure d'accueil collectif de la petite

enfance.