Anne Muller Lassez quelques mots

Anne Muller-Lassez :   Verweile doch, du bist so schön ! (Goethe) 

                                           Arrête-toi, instant, tu es si beau !

 

Anne Muller-Lassez est née en 1940, a vécu à Bordeaux et à Paris, puis à Strasbourg à partir de 1965. Psychologue et professeur, elle a commencé en autodidacte des collages et des pastels dans les années 1980, puis s’est lancée à partir de 1993 dans une intense activité de plasticienne, qui a débouché sur de nombreuses expositions individuelles et collectives en Alsace, puis en Allemagne, France, Danemark, Pays-Bas, Portugal, etc. Elle est décédée à Strasbourg en 2009.

La majorité de ses œuvres consiste en boîtes-collages se présentant sous forme de caissons de bois, dont le dessus est fermé par une vitre, généralement travaillée et où sont utilisées des techniques mixtes: pastels, peinture sur bois, gouache, sur des éléments d'origines très variées, naturelles (minérale, animale, végétale) et industrielles (pièces de métal, papier, carton, tissu, etc.). S’y sont ajoutés au fil des années des tableaux-collages, constructions, sculptures, pastels, dessins, gravures dans le même esprit.

Les boîtes-collages sont conçues comme des mondes en miniatures, des microcosmes, des moments d'une histoire imaginaire. La boîte protège et montre à la fois, à la façon d'une fenêtre. Elle est conservatrice d'une mémoire, un peu à la manière des cabinets de curiosités du XVIIe siècle ou des globes abritant des souvenirs de mariage; c'est aussi, dans sa tridimensionnalité, une petite scène de théâtre, où se jouent les rencontres symboliques entre des objets trouvés et l'imaginaire de l'artiste. Ces fragments du monde "réel", de la vie quotidienne, tous ces objets élaborés par la nature ou fabriqués par la main de l'homme, échoués, puis sauvés de l'oubli grâce à une composition nouvelle qui les dé-figure, puis les re-figure selon des thèmes toujours différents, ont toujours comme toile de fond l'idée de métamorphose; ils jouent leur rôle dans la partition aléatoire qui peut s'entendre/se lire à des degrés différents. Le titre, partie intégrante de l'œuvre, nous en livre parfois la clé, mais peut aussi nous induire sur les chemins de l'analogie poétique, du hasard objectif qui en sont les principes de fonctionnement.

Le thème récurrent est le Temps, celui qui a façonné les objets, leur a donné une histoire, qui s'incorpore à chaque recomposition pour en raconter une nouvelle, le temps qui passe pour se figer en instantané dans l'œuvre, la mémoire des mythes, des légendes, d'autres œuvres d'artistes ou de poètes, la mémoire simplement de ces objets sans mémoire.

 

Anne Muller Lassez Wenige Worte

Anne Muller-Lassez :   Verweile doch, du bist so schön ! (Goethe) 

                                        Arrête-toi, instant, tu es si beau !

 

Anne Muller-Lassez war 1940 geboren, lebte in Paris und seit 1965 in Strassburg, wo sie 2009 gestorben ist. Ausser ihrer Tätigkeit als Lehrerin und Psychologin hatte sie seit 1968 etliche Collagen und Pastelle geschaffen, fing aber wirklich ab 1993 an, eine rege künstlerische Tätigkeit zu haben, wo sie hauptsächlich ihre sogenannten "Boîtes-Collages" (Holzkisten, generell verschlossen mit einer Glasscheibe) schuf. Dazu kamen auch Tableaux-collages, Constructions, kleine Skulpturen und Graphiken. Mitten unter den zahlreichen Ausstellungen in Frankreich, Deutschland, Niederlande, Dänemark, Portugal, usw. gab es auch schon eine 2005 in der Stubengalerie.

Die Boîtes-Collages sind wie kleine Miniaturwelten konzipiert, wie Mikrokosmen, wie Augenblicke einer virtuellen Geschichte. Die Holzkisten schützen und zu gleicher Zeit stellen sie das Werk bloß und geben es dem Blick frei, so als schaute man durch das Fenster. Sie bewahren das Gedächtnis wie man früher das Hochzeitsbild aufbewahrte und in ihrer Dreidimensionalität sind sie auch kleine Theaterbühnen, auf den das symbolische Zusammentreffen zwischen den gefundenen Objekten und der Phantasie der Künstlerin stattfindet.

Diese Fragmente der wirklichen Welt, des täglichen Lebens, all diese Objekte, entweder von der Natur oder der Hand des Menschen geschaffen, versanken um dann wieder vor dem Vergessen gerettet zu werden, dank einer neuen Komposition, die sie entstellt, um sie dann wieder neu zusammenzufügen. Mit einer jedesmal neuen Thematik haben diese Fragmente immer die Idee der Metamorphose als Hintergrund, sie spielen ihre Rolle in einer willkürlichen Partitur, die ganz unterschiedlich gelesen und gehört werden kann. Der Titel, integrierender Bestandsteil des Werkes, überreicht uns manchmal den Schlüssel des Werkes, führt uns jedoch auf die Wege der Poesie und der Willkür, die zu den grundlegenden Eigenschaften dieser Kunst gehören.